Deux mois de travail intensif, plusieurs semaines de recherche, des heures de mise en place et quelques nuits blanches plus tard, le travail colossal d’Alain Boltz et Tristan Combret est fin prêt ! Une toute nouvelle infrastructure de haute disponibilité, plus flexible, plus agile et surtout encore plus puissante. Entièrement conçue avec le souci de la satisfaction de nos clients, elle est une brique fondamentale pour répondre au nouveau Règlement Général sur la Protection des Données, communément appelé GDPR.

Pour mieux comprendre les bénéficies de cette refonte de l’ombre nous avons donné la parole à cette petite équipe qui a accompli de grandes choses.

 

 

 

Comment visualiser et comprendre cette refonte d’infrastructure ?

 

Alain Boltz : « Toute cette construction se visualise comme un assemblage de blocs. Aujourd’hui nous sommes passés d’une combinaison de « kapla » à un ensemble de lego ultra performant. »

 

 

Quels sont les atouts de cette migration d’architecture ?

 

Performance, adaptabilité, puissance

Alain Boltz : « Nous avons gagné en performance, en adaptabilité mais aussi en puissance. Un simple clic suffit pour ajouter des serveurs en cas de pics de charges par exemple. On peut également modifier la configuration, la taille des machines, mieux gérer les coûts de toute l’infrastructure, la base de données peut grossir automatiquement en fonction des quantités d’informations intégrées… les possibilités sont quasi infinies. »

Qualité de service, sécurité, GDPR

Tristan Combret : « Autres atouts, la qualité de service a été améliorée et nous avons pris de l’avance sur les questions de sécurité : une vraie plus-value pour répondre au nouveau règlement général sur la protection des données (GDPR) applicable en mai 2018. 2Spark a clairement pris un temps d’avance grâce à cette nouvelle infrastructure de haute disponibilité. »

 

Alain Boltz : « Ce travail de refonte nous permet aussi d’avoir une vraie vision sur l’infrastructure et un seul point de contrôle. Tout est limpide et directement accessible. Aujourd’hui, avec les nouvelles règles de sécurité il faut avoir une vraie connaissance des dossiers : ouverts, fermés, accessibles ou non. Nous avons gagné en simplicité et en clarté. »

 

Quel sont les impacts concrets pour nos clients ?

 

Alain Boltz : « L’impact visible pour nos clients est le temps de réponse. Comme nous pouvons directement intervenir sur toute l’infrastructure, que nous sommes en capacité de tout mesurer et que nous utilisons toutes les capacités du cloud nous avons gagné en fluidité. Les temps de réponse diminuent : un confort supplémentaire pour les utilisateurs. »

 

Tristan Combret : « Pour résumer nous avons augmenté, amélioré et performé sur plusieurs points :  

  • La scalabilité pour grossir facilement
  • L’agilité pour maintenir nos capacités et évoluer
  • La sécurité pour maintenir notre qualité de service et être à jour avec les nouvelles directives. »

 

Grâce à cette nouvelle infrastructure, 2Spark fait partie des 31% des entreprises en avance pour répondre aux attentes du GDPR (General Data Protection Regulation). Un chiffre issu d’une enquête menée par Umanis, spécialiste de la data et de la mise en conformité au Règlement Général sur la Protection des Données qui révèle le retard pris par les entreprises dans ce chantier majeur et à haut risque.

Cette étude basée sur les réponses de 78 répondants décideurs en entreprises (RSSI, DSI, Relation client, Marketing, RH…) démontre également que 46% des entreprises ne savent pas du tout si elles seront conformes à temps et 23% pensent que ce sera impossible de l’être.

 

La vision de 2Spark est d’aller encore plus loin pour être sans cesse en avance sur les enjeux de protection des données et de sécurité.